Ressources aux membres

Sommaire des rencontres – janvier a avril 2016: Vers un mandat national BIM pour le Canada

Depuis janvier 2016, la communauté des membres de buildingSMART Canada (bSC) se réunit chaque mois. L’objectif de ces réunions est de mettre en contact tous les membres de bSC de partout au Canada dans le but de construire un réseau national d’excellence pour l’environnement bâti ainsi que de soutenir les activités de bSC dans la réalisation de la Feuille de Route pour la modélisation de l’information du bâtiment et de son cycle de vie dans la communauté canadienne de l’AICPG.

Les réunions pour 2016 ont été organisées autour de trois thèmes principaux : (1) vers un mandat national BIM pour le Canada (2) le open BIM en profondeur, et (3) l’adoption et l’implantation du BIM au Canada. Ce document résume le premier thème principal, qui a porté sur les sujets suivants :

  • Janvier 2016 – Aperçu de buildingSMART Canada et la feuille de route.
  • Février 2016 – Structurer l’adoption du BIM au Canada et les mandats d’ailleurs dans le monde
  • Mars 2016 – Élaboration des politiques BIM (Conférencier invité Dr Bilal Succar et le Dr Mohamad Kassem)
  • Avril 2016 – l’expérience écossaise du BIM et le mandat britannique (conférencier invité M. David Philp, président, Scottish BIM Delivery Group)

L’objectif clé de ces quatre réunions était de regarder vers d’autres pays et d’apprendre de leur expérience pour nous aider à informer l’adoption et la mise en oeuvre du BIM au Canada. En effet, nous avons appris que le Canada est dans une très bonne position pour apprendre de ces autres pays tout en évitant le plus gros des erreurs de parcours commises dans la transition vers le BIM.

Janvier 2016 Sommaire :

La réunion de janvier 2016 était la première réunion de la communauté des membres de bSC. Une présentation de bSC, la façon dont elle est organisée et ses principaux objectifs ont été donnés. Un aperçu de BIM ouverte et sa valeur pour le Canada ont également été proposés. Enfin, une présentation en profondeur de la feuille de route a été faite.

Éléments à retenir:

1. bSC est un organisme sans but lucratif dédié à l’amélioration de la façon dont l’environnement bâti du Canada est livré et maintenu. Elle repose sur les efforts et les partenariats bénévoles pour réaliser sa vision d’une communauté canadienne de l’AICPG très efficace et optimisé
2. bSC a publié la feuille de route pour la modélisation de l’information du bâtiment et de son cycle de vie dans la communauté canadienne de l’AICPG en janvier 2016. Le noyau de la feuille de route est articulé autour de six flux qui sont considérés comme essentiels dans la réalisation de cette vision. La feuille de route pousse pour un mandat national BIM, qui est reconnu comme étant un facteur déterminant dans les efforts d’adoption et d’implantation du BIM dans le monde entier.
3. Il y avait un soutien retentissant pour la nécessité d’un mandat national BIM au Canada (99 % des participants interrogés)

Participants : 35

Voir la présentation ici

Février 2016 Sommaire :

Lors de la réunion de février 2016, nous avons examiné la façon de structurer la transition vers le BIM au Canada. La présentation a touché sur la façon dont le Canada pouvait apprendre des efforts d’autres pays pour améliorer leurs industries de la construction y compris les stratégies de réforme pour assurer leur viabilité et leur compétitivité.

7 facteurs clés pour l’adoption et l’implantation du BIM au Canada ont été discutés. Nous avons ensuite examiné 12 pays et comment ils ont poussé l’adoption et l’implantation du BIM à travers ces sept facteurs clés.

Éléments à retenir :

1. L’importance du secteur public pour pousser la réforme de l’industrie
2. L’importance d’avoir une politique gouvernementale claire guidant l’effort
3. La nécessité d’avoir des normes et des lignes directrices BIM
4. La nécessité des formats d’échange d’information ouverts et claires
5. L’importance d’avoir des organismes désignés pour promouvoir et soutenir l’effort de réforme
6. La nécessité de publier les leçons apprises et les succès liés au BIM
7. L’importance des programmes de recherche dédiés au BIM.

Participants : 26

Voir l’enregistrement ici
Voir la présentation ici

Mars 2016 Sommaire :

La réunion de mars 2016 était tenue par les conférenciers invités Dr Bilal Succar et Dr Mohamad Kassem. Ils ont présenté leur travail sur l’adoption BIM macro et le développement de politiques BIM. La présentation a été donnée en deux parties : (1) Comprendre les défis politiques liés au BIM, et (2) Développer une feuille de route pour une politique BIM.

Bilal et Mohamad ont présenté leurs modèles d’adoption Macro qui comprennent 5 modèles : (A) les zones de diffusion (B) les composants de maturité (C) les dynamiques de diffusion (D) les actions politiques, et (E) les responsabilités de diffusion. Chaque modèle couvre une zone spécifique de l’adoption BIM et la mise en oeuvre à travers les champs identifiés par Bilal : la technologie, la politique et le processus.

Mohamad a présenté le travail des conférenciers sur l’adoption BIM macro qui se penche sur l’analyse comparative de l’adoption de la BIM et le processus de mise en oeuvre dans différents pays à travers le monde. Ils ont utilisé les 5 modèles afin d’étalonner les différents pays dans leur transition vers le BIM. Enfin, ils ont présenté leur plan de développement de la politique BIM en trois étapes et ont offert un échantillon de la feuille de route.

Éléments à retenir :

1. L’adoption BIM macro et la mise en oeuvre (au niveau national) exige la participation active de tous les intervenants de l’industrie à tous les niveaux.
2. L’analyse comparative et l’évaluation de la performance, y compris la modélisation de la maturité, sont un élément clé du processus d’adoption et d’implantation.
3. Huit domaines du développement ont été ciblés (l’alignement avec la feuille de route de bSC est entre parenthèses) :
a. Objectifs, étapes et jalons (feuille de route globale)
b. Champions et pilotes (Engager)
c. Cadre réglementaire (Déployer)
d. publications dignes de mention (Développer)
e. Apprentissage et éducation (Éduquer)
f. Mesure et analyse comparative (Évaluer)
g. pièces normalisées et livrables (Développer et Soutenir)
h. L’infrastructure technologique (Déployer)

Participants : 30

Voir l’enregistrement ici (Anglais seulement)
Voir la présentation ici (Anglais seulement)

Avril 2016 Sommaire :

La réunion d’avril 2016 était la dernière réunion abordant le thème clé : Vers un mandat national BIM au Canada. La réunion comprenait une présentation par le conférencier invité David Philp et portait sur l’expérience de BIM en Écosse et le mandat britannique. David a discuté des étapes qui mènent au mandat BIM et ce dont l’Écosse a fait à la suite du récent mandat britannique pour le BIM.

Sa présentation a porté sur la vision qui a été définie pour le BIM en Écosse et au Royaume-Uni, les objectifs de base autour de laquelle cette vision a été opérationnalisée, le cadre qui a soutenu ces objectifs, y compris les différentes normes PAS et BS, les mécanismes pour engager avec l’industrie (groupes BIM4) et la force motrice derrière le mandat (le groupe de travail BIM Task group). David a également examiné les différents défis qu’ils ont rencontrés dans leur transition de 5 ans vers le BIM.

Au cours de cette transition, le gouvernement britannique a réalisé des réductions tangibles des coûts de l’ordre de 20 %, ou comme David l’a dit : « Achetez 5 actifs, obtenez-en un gratuitement! »

Éléments à retenir :

1. Dans l’exécution de notre environnement bâti, l’accent doit être mis sur les dépenses totales (TotEx) au lieu des dépenses en capital traditionnel (CapEx) vs dépenses d’opération (OpEx).
2. Un effort national d’adoption et d’implantation du BIM, aboutissant avec un mandat national clair, conduit à des avantages tangibles : le Royaume-Uni est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de réduction des coûts de 33 % pour les dépenses totales (TotEx).
3. Cet effort doit reposer sur une base solide des normes, des objectifs clairs et des jalons bien établis
4. Les investissements doivent être faits pour soutenir l’effort (4 M £ au Royaume-Uni, £ 200,000 en Écosse pour l’effort)
5. L’effort doit regarder au-delà du paysage actuel du BIM et être assez agile pour les développements futurs.

Participants : 33

Voir l’enregistrement ici (Anglais seulement)
Voir la présentation ici (Anglais seulement)

Prochain thème: le open BIM en profondeur

Dans notre prochaine série de réunions, nous allons explorer BIM ouverte en profondeur, avec des exemples de l’industrie sur la façon d’utiliser et de tirer parti de la puissance du BIM ouvert à mieux collaborer et d’améliorer l’exécution du projet.

Si vous souhaitez présenter, s’il vous plaît contactez-nous!